Acanthias orpiensis

(Winkler, 1874)


Classification: Elasmobranchii Squaliformes Squalidae

Reference of the original description
Winkler, T.C. (1874)
Mémoire sur quelques restes de poissons du système heersien. Archives du Musée Teyler, 4(1): 1–15, pl. 1.

Image of the original description

Original image of Notidanus orpiensis WINKLER, 1874 (fig. 13-17)

Types
Acanthias orpiensis



Description:


Citation: Acanthias orpiensis (Winkler, 1874): In: Database of fossil elasmobranch teeth www.shark-references.com, World Wide Web electronic publication, Version 10/2021

No image available.
Please send your images of "Acanthias orpiensis" to
info@shark-references.com

Description
Original diagnose after Winkler (1874) p. 12-13 [2575]: Parmi les fossiles remarquables du heersien prennent place les petites dents d'une espèce de Notidanus qu'on voit représentées trois fois agrandies dans les fig. 13, 14, 15, 16 et 17. Avant d'en faire la description, je dois rappeler que les transitions presque insensibles qui se trouvent entre les dents des genres Notidanus, Corax, Galeus et Galeocerdo sont la cause que la détermination des dents de squalidiens fossiles est en général une chose assez difficile, et où l'on est exposé à commettre plus d'une erreur, lorsque les échantillons ne présentent pas d'une manière tranchée les caractères distinctifs d'un des genres nommés. On sait que les dents de Notidanus se composent d'une série de dentelons, dont le premier, qui est le plus grand, est crénelé à son bord antérieur: les dentelons suivants deviennent graduellement plus petits: les derniers présentent une dentelure line au bord postérieur. Toutefois, ces cônes dentaires ne forment pas une dent composée,' ils ne sont que les arêtes d'une seule et même couronne dentaire, ce qui est assez évident, puis qu'elle n'a qu'une seule racine, un os long et plat. Les dents de Corax ont pour caractère constant l'uniformité des dentelures sur tout le pourtour de l'émail aux bords de la dent, tandis que les dents des milandres et des Galeocerdo présentent sous ce rapport de très grandes irrégularités. Ce qui prouve, au reste, que la distinction du genre Corax d'avec les genres Galeus et Galeocerdo est réellement fondée sur des différences essentielles, c'est que ces derniers, quoique ayant de même des dents à bords crénelés, ont un cône creux à l'intérieur, tandis que les dents des Corax sont massives.
Les petites dents à propos desquelles nous avons rappelé ces généralités, ont l'air d'être parfaitement massives, et le cône principal étant sans crénelures, j'ai pu rejeter d'abord l'idée d'avoir affaire à des dents de Galeus ou de Galeocerdo. Restait donc la question : sont-ce des dents de Corax ou de Notidanus? Les premiers, comme nous venons de le voir, ont des dentelures uniformes sur tout le pourtour de la dent: les échantillons que j'ai à ma disposition ne présentent nullement ce caractère, par conséquent je suis forcé de les rapporter au genre Notidanus, du moins si je ne veux pas établir pour eux un genre nouveau. Il me semble en effet que ces dents peuvent figurer parmi celles des autres Notidanus fossiles connus, sans former avec elles un contraste trop grand. Passons maintenant à la description de nos dents de Notidanus du heersien.
Parmi les fossiles de M. Rutot j'ai trouvé cinq de ces dents que j'ai figurées toutes les cinq, parce qu'elles diffèrent tant soit peu l'une de l'autre. Il se pourrait que plus tard, rencontrant ces diverses formes, chacune séparément, clans des lieux différents, les paléontologistes fussent tentés d'établir sur elles deux ou trois espèces distinctes: pour éviter une telle méprise il m'a paru utile de faire connaître au moins cinq des formes sous lesquelles ces dents se présentent clans le heersien.
La forme générale de ces dents offre une racine longue et peu large, et une couronne composée d'un dentelon principal très long en proportion des autres, et de un à cinq petits bourrelets qui suivent le premier. Il paraît donc que le nombre des petits dentelons diffère plus ou moins: ainsi dans la dent la plus grande (fig. 13) on en trouve cinq, tandis que la grosse dent (fig. 15) et la petite (fig. 16) n'en montrent qu'un seul. Le bord antérieur et supérieur du plus grand dentelon est en général non crénelé, toutefois l'épithète de lisse ne lui convient pas davantage, quelques petites élévations et dépressions donnant à ce bord un aspect plus ou moins rugueux, et quelquefois même crénelé, comme clans la dent figurée sous le numéro 14. La fine serrature au bord postérieur des derniers petits dentelons, dont parle Agassiz, ne s'observe pas dans nos échantillons. Probablement cette particularité nous échappe à cause de la petitesse extrême de ces bourrelets. La base de l'émail forme un angle plus ou moins ouvert, et la racine est assez robuste, surtout clans les petits exemplaires.
Ces dents remarquables ont été trouvées à Orp-le-Grand, circonstance à laquelle j'emprunte le nom que je donne à l'espèce, savoir:
Notidanus orpiensis Winkler.

Remarks


synonym of Squalus orpiensis after White (1931) p. 67 [2532];

synonym of Megasqualus orpiensis after Cvancara & Hoganson (1993) p. 5 [596];

References
Leriche, M. (1951)
Les poissons tertiaires de la Belgique (Supplément). Mémoires de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, 118: 473–600, pl. 42–47
Priem, M.F. (1908)
Etude des poissons fossiles du Bassin Parisien. Annales de Paléontologie, 1–144
Leriche, M. (1906)
Contribution à lètude des poisons fossils du Nord de la France et des regions voisines. Mémoires de la Société géologique du Nord, 5: 430 pp
Leriche, M. (1902)
Les poissons paléocènes de la Belgique. Mémoires du Musée Royal d'Histoire Naturelle de Belgique, 2(5): 1–48, 8 fig., 3 pl.
Priem, M.F. (1901)
Sur les poissons de l'Eocène inférieur des environs de Reims. Bulletin de la Société géologique de France, (Serie 4), 1, 477–504
Woodward, A.S. (1899)
Notes on the teeth of sharks and skates from English Eocene formations. Proceedings of the Geologists' Association, 16(1), 1–14, pl. 1.
DOI: 10.1016/S0016-7878(99)80036-4