Echinorhinus priscus

ARAMBOURG, 1952


Classification: Elasmobranchii Echinorhiniformes Echinorhinidae

Reference of the original description
ARAMBOURG, C. (1952)
Les vertébrés fossiles des gisements de phosphates (Maroc-Algérie-Tunisie). Notes et Mémoires du Service Géologique du Maroc, 92: 1–372, 62 fig., 44 pl.

Image of the original description

Echinorhinus priscus ARAMBOURG, 1952, Plate XXVII, fig. 17 to 25

Synonyms / new combinations and misspellings
Echinorhinus cf. priscus

Types
Echinorhinus priscus
Holotype: MNHN: ?; Paratype: MNHN: ?; MNHN: ?; MNHN: ?; MNHN: ?; MNHN: ?; MNHN: ?; MNHN: ?; MNHN: ?;


Description by Pollerspoeck, Juergen:

Benediktinerring 34, D-94569 Stephansposching; juergen.pollerspoeck@shark-references.com
Citation: Echinorhinus priscus ARAMBOURG, 1952: In: Database of fossil elasmobranch teeth www.shark-references.com, World Wide Web electronic publication, Version 06/2021

Please send your images of "Echinorhinus priscus" to info@shark-references.com

Echinorhinus priscus ARAMBOURG, 1952, Marroko, Ypresien, Qued Zem © Patrick De Cock, Belgium

Distribution Geographic
type locality: Ouled Abdoune Basin, Marocco, other localitys in Marocco (ARAMBOURG, 1952 p. 338, Appendix IV [90]: Bow Jniba, Biar Oul. Tazi, Moham. Chleuh, Ksibet Draben, Oued Oussen, Descenderie D., Djemaia, Sidi Abd el Kader;
other localities: Qued Zem (pers. comment Patrick De Cock, Belgium); Fisher/Sullivan Site (Stafford County), Virginia [1278];


Distribution of Echinorhinidae show google map

Distribution Strategraphy
Eocene (Eozän), Ypresium, Phosphate deposits

Material
9 teeth

Description
Original description of ARAMBOURG, 1952 [90]: Diagnose. — Echinorhinus à dents relativement simples dont le talon est peu subdivisé et la couronne principale généralement plus simple que celle de l'espèce actuelle. Les dents de cette espèce sont, en raison de leur minceur, très fragiles; aussi, peu de nos exemplaires sont-ils complets. Bien qu'assez dissemblables entre eux dans leurs détails, ils possèdent dans leur ensemble un « air de famille » qui permet de les distinguer immédiatement. Description. — Leur forme générale est celle qui a été indiquée plus haut pour les dents de l'espèce vivante; mais elles sont plus allongées et leur couronne est relativement plus basse, surtout du côté symphysaire. Leur pointe est aussi plus courte et déborde rarement le talon qui est, lui-même, plus allongé; ce dernier, simple sur la plupart, se subdivise cependant parfois en deux pointes obtuses et basses (par exemple : Pl. XXVII, fig. 17). Enfin, malgré le tracé sigmoïdal, généralement bien marqué, du bord symphysaire de la couronne, un seul de nos spécimens (Pl. XXVII, fig. 23) montre, à la base de celle-ci, du côté commissural, un petit denticule orienté en sens inverse de la pointe principale. Ces dents sont très comprimées, mais légère- ment convexes sur les deux faces. La racine est extrêmement mince et plate; sa face externe est un peu concave et comme ridée verticalement; elle porte de nombreux pores à la limite de l'émail; la face interne, qui est plane, présente, en son milieu, un très étroit sillon vertical où s'ouvre le foramen nutritif. Rapports et différences. Il s'agit, à l'évidence, d'une forme très voisine, par sa denture, de l'espèce actuelle, mais qui s'en distingue cependant par les caractères qui viennent d'être mis en évidence. Le genre a été rarement signalé à l'état fossile; je n'en connais aucun représentant dans les formations éocènes du Vieux Monde; AGASSIZ (1856) a indiqué sa présence (E. Blakei) dans le Miocène d'Ocoya Creek (Kern County) en Californie. LAWLEY (1876, p. 41, Pl. I, fig. S; Pl. II, fig. 6) a décrit, du Pliocène d'Orciano et de Volterra, en Toscane, des restes de dents et d'écussons dermiques qui ne paraissent guère différer de ceux de l'espèce actuelle. Répartition stratigraphique et distribution géographique. — Echinorhinus priscus est, pour le moment, spécial au Maroc où il n'a été rencontré que dans le niveau yprésien, en divers gisements des Ouled Abdoun où il est, d'ailleurs, assez rare.

Remarks
valid after Pfeil (1983) p. 175 [1886];



References
CARLSEN, A.W. & CUNY, G. (2014)
A study of the sharks and rays from the Lillebælt Clay (Early–Middle Eocene) of Denmark, and their palaeoecology. Bulletin of the Geological Society of Denmark, 62: 39–88
POLLERSPÖCK, J. (2013)
Echinorhinus caspius, Echinorhinus richiardii, Echinorhinus pollerspoecki, Echinorhinus schoenfeldi, Echinorhinus cf. riepli, Echinorhinus priscus, Paraechinorhinus riepli, Echinorhinus sp., Echinorhinus pfauntschi, Echinorhinus blakei, Echinorhinus pozzii, Echinorhinus kelleyi, Echinorhinus weltoni, Echinorhinus eyrensis, Echinorhinus australis, Gibbechinorhinus lewyi, Orthechinorhinus pfeili, In: Database of fossil elasmobranchteeth, www.shark–references.com, World Wide Web electronic publication, Version 04/2013
ADNET, S. & GUINOT, G. & CAPPETTA, H. & WELCOMME, J.-L. (2012)
Oldest evidence of bramble sharks (Elasmobranchii, Echinorhinidae) in the Lower Cretaceous of southeast France and the evolutionary history of orbitostylic sharks. (plus Supplementary data). Cretaceous Research, 35: 81–87
DOI: 10.1016/j.cretres.2011.11.021
COCKE, J. (2002)
Fossil Shark Teeth of the World. Lamna Books, 170 p
KENT, B.W. (1999)
Part 2. Sharks from the Fisher/Sullivan Site. In: R.E. Weems (ed.), Fossil Vertebrates and Plants from the Fisher/Sullivan Site (Stafford County): A Record of Early Eocene Life in Virginia. Virginia Division of Mineral Resources 152: 11–37
NOUBHANI, A. & CAPPETTA, H. (1997)
Les Orectolobiformes, Carcharhiniformes et Myliobatiformes (Elasmobranchii, Neoselachii) des Bassins à phosphate du Maroc (Maastrichtien-Lutétien basal). Systématique, biostratigraphie, évolution et dynamique des faunes. Palaeo Ichthyologica, 8: 1–327, 31 fig., 17 tabl., 73 pl.
PFEIL, F.H. (1983)
Zahnmorphologische Untersuchungen an rezenten und fossilen Haien der Ordnungen Chlamydoselachiformes und Echinorhiniformes. Palaeo Ichthyologica, 1: 1–315, 146 fig.
KEMP, D.J. (1982)
Fossil sharks, rays and chimaeroids of the English Tertiary period. Gosport Museum, 1–47, 10 fig., 3 tabl., 16 pl.
WELTON, B.J. (1979)
Late Cretaceous and Cenozoic Squalomorphii of the Northwest Pacific Ocean. PhD, Univ. of California Berkeley, 553 p., 71 fig.
ANDREWS, S.M. & GARDINER, B.G. & MILES, R.S. & PATTERSON, C. (1967)
CHAPTER 26 Pisces In: The Fossil Record. HARLAND, W.B. et al. (Eds.) 1967, London (Geological Society), pp: 627-683
CASIER, E. (1961)
Transformation des systèmes de fixation et de vascularisation dentaires dans l'évolution des sélaciens du sous-ordre des Squaliformes. Mémoires de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, 65: 1–55.
ARAMBOURG, C. (1952)
Les vertébrés fossiles des gisements de phosphates (Maroc-Algérie-Tunisie). Notes et Mémoires du Service Géologique du Maroc, 92: 1–372, 62 fig., 44 pl.